05/01/2007

D'une future grand-maman

je tattends

 

Une future grand-mère m'a raconté, avec fierté

Que sa fille aurait bientôt un bébé

Moi qui croyais qu'être grand-mère faisais vieillir

Là j'ai compris qu'un bébé fait toujours rajeunir

 

Que l'enfant de notre enfant

C'est un peu grâce à nous qu'il sera là maintenant

Qu'on ne disparaîtra jamais complètement

Tant que nous aurons des descendants

Et c'est sa jeunesse qu'elle revivra

Quand ce bébé elle prendra dans ses bras

 

Sa fille et son gendre, elle aimera doublement

D'avoir fait d'elle la plus heureuse des grands-mamans

Comme je sais que tu viens me lire très souvent

Tu te reconnaîtras certainement

Si Dieu ce grand bonheur t'a donné

C'est que tu l'avais bien mérité

 

Bébé

12:18 Écrit par Chadou | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

04/01/2007

L'hiver déjà...

ev_noel006

 

L’hiver déjà s’enroule au bord de la saison

Et souffle sur l’aurore son haleine glacée

A travers les volets le jour trace un sillon

Mais la nuit en sa geôle le garde prisonnier

 

Le temps parfois s’étire en givre sur la plaine

La grisaille alourdit un peu le paysage

Aujourd’hui c’est la pluie qui déverse sa peine

Accrochant l’horizon aux larmes des nuages

 

Je pense à nos instants tendrement partagés

Où je ne me soucie pas du temps au dehors

Dans tes bras c’est toujours le bleu immaculé

D’un ciel pur et limpide où danse un rayon d'or

 

L’hiver déjà s’installe aux confins du silence

Il étale givrées ses longues tentacules

Je regarde au lointain leurs infinies mouvances

Et le givre envahit le cadran des pendules

Winter

19:03 Écrit par Chadou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/01/2007

Il pleure dans mon cœur....

person11

 

Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville.

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon cœur ?

 

Ô bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un cœur qui s'ennuie,

Ô le chant de la pluie !

 

Il pleure sans raison

Dans ce coeur qui s'écoeure.

Quoi ! Nulle trahison ?

Ce deuil est sans raison.

 

C'est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi,

Sans amour et sans haine

Mon coeur a tant de peine.

Paul VERLAINE

unefleur

13:02 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/01/2007

La nouvelle année est commencée....

bonne année12

 

Les Fêtes sont terminées

On commence une nouvelle année...

 

Il nous faudra aller travailler

Pour gagner notre vie, comme l'an passé...

 

Mais pour nous, rien n'est changé !

La seule chose que l'on changera...

Sera les chèques que l'on fera

On écrira un nouveau chiffre pour payer

Tous les cadeaux que l'on a achetés !

 

Fini le temps des bons soupers

Avec les amis (es) et la parenté

Tout le monde on pouvait embrasser

Ça aussi c'est terminé...

 

Mais au mois de janvier, ne vous en faites pas

De la neige on en aura

Et pour se changer les idées

On s'amusera à pelleter.....!Hi Hi ...

05-12-29-27777

11:03 Écrit par Chadou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/12/2006

Poète de la nuit....

Image1-001

 

Je suis poète de la nuit

Lorsque les premières étoiles

Allument doucement sans bruit

Leurs pâles rayons sur la toile.

 

Je suis poète de la nuit

À l’inspiration nocturne

Les idées me donnent leur fruit

Les rimes et les vers tournent.

 

J’aime l’instant délicat où

Le bleu nuit lançant sa fronde

Colore le ciel d’un brou

À la noirceur plus profonde.

 

Une soirée est née d’un coup

De la douceur de la journée

Disant que si le monde est fou

Il reste la nuit pour rêve....

 

le monde dans la main

20:35 Écrit par Chadou | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

24/12/2006

Ce soir c’est le réveillon…

mickey5

Parfois, j'ai envie que le monde sache,

Que j'aime la vie!

Que j'adore marcher sous la neige,

La pluie, le soleil!

 

Dans les bois parmi la nature,

Entendre le doux chant des oiseaux,

Le frôlement des feuilles dans les arbres,

Le bruit que font les chutes d'eau,

Le crissement de la neige sous mes pas!

 

Oui, parfois j'ai envie de crier au monde,

Profitez de la nature, de la belle vie,

De toutes ces merveilles qui s'offrent à vous,

Qui vous entourent,

Et qui sont là pour vous!

Probablement que tout ce qui est,

C'est cela le bonheur!

 

Parfois j'ai envie de dire au monde,

Vous savez le petit moineau,

Qui vient chaque matin

Sur le pas de votre porte

Pour quérir sa ration de pain,

Qui vous éveille par son chant,

Et vous met de la joie dans le cœur,

C'est cela le bonheur!

 

Et parfois j'ai envie que le monde sache,

Que je trouve injuste la maladie,

Qui prive ces gens de toutes ces merveilles!

Vous qui avez la santé,

Sachez jouir de ces merveilles de la nature,

Qui ne demandent qu'à être senties,

Admirées et regardées!

C'est cela le bonheur!

xmas012

 

Ce soir c’est le réveillon… Je vous le souhaite agréable et que la magie de Noël inonde ceux et celles avec qui tu le passeras....

Joyeux Noël avec tous mes voeux les plus affectueux ...

joyeux noël à tous

18:03 Écrit par Chadou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/12/2006

Amour et ordinateur....

lillusion450

 

Autrefois, les poètes écrivaient à la plume,

Sur du papier de soie, éclairés par la lune.

Aujourd'hui, c'est à l'aide d'un ordinateur

Qu'ils transforment en données les soupirs de leur cœur.

 

Si la technologie a changé la façon

Dont, tout autour de la terre, nous nous exprimons,

L'être humain a gardé depuis des millénaires

La même façon d'aimer, les mêmes désirs de plaire.

 

La nature éternelle jamais ne cessera

De couler dans nos veines, toujours elle survivra.

Et malgré les progrès que connaîtra la science,

Rien, jamais, ne vaudra la volupté des sens.

 

Aucune machine au monde ne peut rendre un baiser

Aussi bien, aussi fort qu'une personne aimée.

Car l'amour ne peut venir que par notre cœur

Et non par le clavier d'un ordinateur....

 

 

le monde dans la main450
 

20:20 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

18/12/2006

Faiseur de vent....

le doute

 

Aurais-je le courage

De tourner la page,

M’enfouir dans la nuit,

Disparaître sans bruit ?

 

Tant de mots déjà écrits,

Traits bleus sur le papier blanc.

Tant de mots qu’on oublie,

Peu à peu s’effaçant.

 

La vie, dehors, m’appelle

Sous des dehors de cruelle.

Mais, hélas, je ne l’entends.

Je ne sème que du vent.

 

Je voudrais arrêter

Mettre ma vie en sursis.

Mais pourquoi s’entêter ?

La vie toujours s’enfuit.

 

Alors je vivrai tant pis

Jusqu’à ma mort, peut-être.

J’écrirai ces mots de dépit

Faiseur de vent sans en être....

Traîneau à chiens

20:04 Écrit par Chadou | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/12/2006

Gentleman & Woman

gi-paint-image003

 

Habillez vous mon ami

allons en société

et devoir nous mêler

à cette bourgeoisie.

 

Rappelez vous ceci

il faut toujours paraître

et tout ceci pour n'être

qu'une vaste hypocrisie.

 

Pour savoir saluer

distribuez par miettes

des hochements de tête

courtois et très discrets.

 

Riez donc mon ami

comme l'aristocratie

car elle n'a le soucis

de vivre une autre vie.

 

Mille fois je vous dis

d'avaler les paroles

dorées d'argenterie

avant qu'elles ne s'envolent.

 

Faites donc bien la cour

aux cous qui vous entourent

car dans ceux ci se nichent

les nich..... m'enfin! les dames les plus riches.

 

Admirez ce tableau

en faisant de grands gestes

l'artiste que vous êtes

surgira aussitôt.

 

Ce soir nous reviendrons

quand tous dormiront

pour faire notre ronde

et voler ce beau monde.

 

gi-paint-image004

16:04 Écrit par Chadou | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/12/2006

En l’an 2000

vignette_carte_oiseau_hiver

 

 

 

En l’an deux mille j’aurai trente trois ans

Me disaient des calculs savants

En l’an deux mille j’ai eu trente trois ans

Et rien n’a changé pour autant.

 

Le monde est toujours aussi fou

Depuis le jour lointain où

J’ai écrit : « Seule la sphère l’ignore

Et vers l’infini tournoie encore. »

 

Les vents ont déchaîné leurs tempêtes

Foudroyant les gens et les bêtes

Les eaux en furie ont submergé

Les terres, les îles et les vergers.

 

L’an deux mille est arrivé

Et rien de ce que j’avais rêvé

Enfant, ne s’est produit

J’ai toujours peur la nuit....

 

Yves Le Guern

mystère

08:54 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

04/12/2006

L'Éternelle Chanson

voicilacledemoncoeur

 

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,

Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,

Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

 

Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,

Nous nous croirons encor de jeunes amoureux ;

Et je te sourirai tout en branlant la tête,

Et nous ferons un couple adorable de vieux.

 

Nous nous regarderons assis sous notre treille,

Avec de petits yeux attendris et brillants,

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

 

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,

Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.

Nous aurons une joie attendrie et très douce,

La phrase finissant souvent par un baiser.

 

Combien de fois jadis j'ai pu dire : "Je t'aime !"

Alors avec grand soin nous le recompterons :

Nous nous ressouviendrons de mille choses, même

De petits riens exquis dont nous radoterons.

 

Un rayon descendra, d'une caresse douce,

Parmi nos cheveux blancs, tout rose se poser,

Quand sur notre vieux banc, tout verdâtre de mousse,

Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.

 

Et comme chaque jour je t'aime davantage,

Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain,

Qu'importeront alors les rides du visage ?

Mon amour se fera plus grave et plus serein.

 

Songe que tous les jours des souvenirs s'entassent ;

Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens :

Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent

Et sans cesse entre nous tissent d'autres liens.

 

C'est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l'âge,

Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,

Car vois-tu, chaque jour je t'aime davantage,

Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain.

 

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve

Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur :

Retenir, s'il se peut, l'impression trop brève

Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.

 

J'enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,

Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours :

Je serai riche alors d'une richesse rare :

J'aurai gardé tout l'or de mes jeunes amours !

 

Ainsi de ce passé de bonheur qui s'achève

Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve

J'aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.

 

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,

Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,

Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

 

Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,

Nous nous croirons encore aux jours heureux d'antan,

Et je te sourirai tout en branlant la tête,

Et tu me parleras d'amour en chevrotant.

 

Nous nous regarderons, assis sous notre treille,

Avec de petits yeux attendris et brillants,

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.....

Inconnu

 

amour

22:05 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

29/11/2006

Randonnée...

 

rayons_soleil_filtrant_sapins_brume_20

 

Quelle magnifique journée de novembre pour une randonnée

Avec un soleil radieux et le vent qui nous caresse la peau

À son passage

 

Dans cette luxuriante forêt avec ses pins immenses

Où l’on peut sentir l’odeur d’une terre humide

Suite à la pluie de la veille…

 

Ces grandes fougères encore toutes vertes

Nous incitent à la détente.

A la sortie de la forêt, on entend au loin

Un clapotis d’eau sur des rochers.

On s’approche pour voir…

 

Une magnifique cascade s’offre à nos yeux :

Elle est très haute et l’eau y est très froide

Venant de sources situées de la montagne.

 

En  contrebas, une petite rivière

Avec une barque accostée sur la rive

Qui nous invite à monter à bord.

On se laisse aller par le courant…

 

Des fleurs sauvages de chaque côté;

On peut presque les toucher

Tellement elles sont près de nous

Se laissant aller à la rêverie…

 

QUELLE DETENTE!!!

 

Image8

19:07 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

23/11/2006

Que vaut la vie...

imagine

 

La vie nous inonde d'un curieux parfum

Comme les sanglots d'une aube blessée

Criant malgré tout il faut avancer

Aux hommes que brise une loi d'airain

 

La vie n'a plus cours, elle perd sa valeur

Face aux exigences du marché de dupe

Qui nous fait compter mesurer les heures

Sans jamais penser à ce qu'elles occupent

 

La vie cependant il faut bien la vivre

Et lui arracher les passions fécondes

Qui de leur puissance nous laissent ivre

Tant elles sont précieuses lorsqu'on y succombe....

 

aimer

14:56 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

21/11/2006

À Sandrine, ma fille…

À Sandrine, ma fille…

Je te dédie ce petit poème...

 

attend

 

La vie nous offre des Cadeaux

Mais celui-là est le plus beau

C'est un magnifique présent

Que celui de devenir Maman

 

Dans quelques mois tu seras Maman

A ton tour, tu berceras un petit enfant

Et lorsqu'il sera dans tes bras

Et que tu le regarderas dormir

Ça sera le plus beau cadeau de la vie

 

Tu le regarderas grandir

Et il sera tout pour toi

Son premier mot sera "Maman"

Et ce sera le plus grand bonheur

Qui te vient du coeur...

 

attend1

15:20 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

20/11/2006

Semeur d'étoiles.....

Le temps

 

 

J’ai tenu les étoiles dans le creux de ma main

Filantes de lumière au satin de la nuit

J’ai semé leur poussière sur le petit matin

Juste à l’heure où le jour s’ensemence de bruits

 

J’ai tenu les étoiles ? Peut-être est-ce chimère

Je regarde ma paume Elle est de rose et d’ambre

Nulle trace d’étoile en cet écrin de chair

Seule l’aube s’allume aux volets de la chambre

 

Semeur de temps qui passe aux nuits de notre enfance

Conteur d’histoires folles peuplées de souvenirs

Je sens parfois peser le fardeau de l’absence

Sur ces ombres fragiles qui tremblent nos sourires

 

Aux brumes de l'aurore la nuit se penche un peu

Effleurant le matin de caresses d’opale

Le ciel rosit et prend doux plaisir à ce jeu

Rien ne reste pourtant j’ai tenu les étoiles…

17:09 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/11/2006

L'Ecureuil...

Ecur_23604

 

Madame l’Écureuil, avec son audace

Et ses espiègleries,

S'aventure sur un terrain résidentiel.

Ce qu’elle n’a pas vu, c’est  Maître Matou

Qui part aussitôt à sa poursuite.

 

Oh là là!  Elle doit prendre ses pattes à son cou

Et se trouver un endroit pour se mettre à l’abri.

Voilà un petit bouleau qu’elle s’empresse à grimper

A l’abri …mais toujours prisonnière de ce félin

Qui la surveille avec attention.

 

Même par moments, il semble dormir…

Détrompez-vous! Il guette d’un œil!!!

Madame l’Écureuil  tente un dialogue

Afin de distraire le chat pour échapper

À sa vigilance :

 

« Dis! Beau minou, je vois bien

Que tu es le plus chatoyant.

J’en ai jamais vu d’autres aussi joli que toi!

Pourquoi tu ne me laisserais pas partir?

Il y a déjà une heure que tu m’épies…

Tu dois être fatigué, exténué.

Je te promets que plus jamais,

Je ne reviendrai t’importuner.

Je vois bien que c’est ton territoire »

Pleurniche-t-elle.

 

Le gentil félin reste sourd  à ses supplications.

Il est persuadé que l’Écureuil

N’a d’autre issue que redescendre

Comme il était monté

Car il n’a rien d’autre à proximité

Auquel il peut prendre la fuite.

 

Tout à coup Monsieur l’Écureuil

Vient à la rescousse de sa compagne.

Il fait diversion en se promenant sur la clôture

Pour attirer Maître Matou.

Celui-ci se fait prendre au jeu

Et les deux écureuils s’en vont sagement

Un derrière l’autre en savourant leur victoire.

 

L.Lemire

LEcureuil

20:38 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

16/11/2006

Tant de choses à partager...

Chevaux

 

 

Tant de choses à partager

Si peu de temps pour apprécier

Pour serrer la Terre sur son coeur

Pour ne plus croire en la laideur

 

On a voulu changer la vie

La vie nous change à l'infini

Imprime à chaque pas nouveau

Quelques lignes dans nos cerveaux

Et lorsque les pas s'accumulent

Peu à peu les lignes s'annulent

 

On devient vide sans être vierge

Naufragé seul sur la berge

Englouti par les souvenirs

qui s'impriment sur l'avenir

 

Les souvenirs nous rient au nez

Se refusent à nous livrer

Ce qui pourrait tant adoucir

Une angoisse qui vient ternir

Les projets et les rêveries

 

Avancer toujours sans répit

En laissant derrière soit les songes

De ce cancer qui nous ronge

 

Marcher sans but sans alibi

Ajouter son mot au récit

Que composent tous les humains

Avec leur larmes et leur destin

 

Continuer malgré la souffrance

Ne rien attendre de la chance

Mais savoir au détour du chemin

Cueillir le bonheur de sa main

Respirer bien fort son parfum....

 

Le repas

17:40 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

14/11/2006

J'ai vu le temps...

J’ai vu le temps

 

J’ai vu le temps prendre son temps

Ralentir puis accélérer

Pour parfois m’attendre au tournant

En dérapage incontrôlé

 

Le temps danser sur un sourire

J’ai vu le temps glisser sans bruit

L’ai senti souffle ou bien soupir

Sur l’onde fraîche de la nuit

 

J’ai vu le temps il y a longtemps

Passer sous les ponts de Paris

A nos bras enlacés pourtant

Le temps a posé ses délies

 

Le temps noue au petit matin

Puis au soir venu il défait

Sur la ligne au creux de ma main

Le temps doucement s’est couché

 

J’ai vu le temps tromper le temps

Pour les beaux yeux d'un seul instant

Petite seconde au cadran

De la grande horloge du temps

 

J’ai vu le temps je l’ai tant vu

S’écoule-t-il comme rivière

Vers quelque pays inconnu

Tout au lointain des univers

 

J’ai vu le temps à contretemps

Sur une musique infernale

J’ai vu le temps tuer le temps

Et l’entraîner dans ses dédales

 

J'ai vu le temps...

21:26 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

13/11/2006

AMITIES…DE BLOGGEURS !

AMITIES…

L'amitié, il n'y a que ça de vrai

Des amis, qui vous tendent la main

Vous sourient

037

 

Moments complices,

Instants rieurs

Et regards moqueurs.

 

Angel et Libra 1
 

Pas de précipitations, tout est clair

La véritable amitié est une sorte de lumière

A celui qui veut connaître la joie de vivre

 

chadou et Andora
 

Plus aucune tristesse dans mon regard,

Une lueur s'est animée en moi

Et c'est grâce à l'amitié

 

chadou1

A mes amis et amies, mes confidents et confidentes,

En qui je crois vraiment

Merci !

17:29 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

09/11/2006

Un petit rien...

Un petit rien...

 

bonjour

 

Un petit rien, c’est dire bonjour

A la voisine et aux amis.

C’est presque rien et c’est facile,

                         Cela rend la vie plus jolie.                            

 

Un petit rien, c’est dire merci

A celui qui vous rend service.

C'est presque rien, un petit mot de courtoisie

Qui rend heureux celui à qui il est dit.

 

Un petit rien, c’est un sourire

A distribuer sur son chemin.

C’est presque rien, mais c’est beaucoup.

Cela rend heureux et c’est contagieux.

 

Un petit rien, c’est dire je t’aime

A la personne que l’on aime.

C’est presque rien, c’est important

L’amour s’entretient chaque jour.

 

Ces petits riens sont peu de choses,

Mais ils illuminent la journée

Ils donnent envie de partager le bonheur

Et cela, ça n’a pas de prix.

 

a bientot

 

20:45 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

08/11/2006

Habitude.....

      

bijou_001

           

 

Alors, comment ça va ? Toujours bon pied, bon œil ?

Que je l’ai entendu, le refrain que voilà

Lorsque de mon logis, quelqu’un franchit le pas,

Où croise le chemin qui accueille mes pas.

 

Ces mots de sympathie, voire sollicitude

Sont dits d’un air absent, sans y penser vraiment.

C’est devenu un tic, une aimable habitude,

Comme « bonne journée » ou « tous mes compliments ».

 

Le voisin prévenant, qui s’enquiert et questionne

Se préoccupe peu de ce que vous direz.

Il veut surtout parler de sa propre personne

Et des méchants tourments qu’il lui faut endurer.

 

Et c’est la litanie des maux qui le torturent.

Migraines et douleurs, rhumes, rages de dents,

Symptômes alarmants de diverses natures,

Nul ne fut éprouvé, nul ne souffrit autant.

 

Vous écoutez cela d’une oreille distraite.

Vous plaignez le martyr et vous compatissez.

Enfin, n’y tenant plus, vous battez en retraite

Après vœux de mieux-être et saluts empressés.

 

Gémir, se lamenter, n’arrange pas les choses.

Aussi, lorsque je croise un quidam en chemin,

Afin de couper court aux questions qu’il me pose,

Je dis  en souriant : « Merci, je vais très bien ! »

                                                Renée Jeanne Mignard

 

coeur bande

 

12:50 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2006

Sournoise écriture....

 

hommereflechir

 

Une vie résumée à ces bouts de papier

A de vagues pensées sur des pages murées

Rien de plus qu'une ligne d'encre noire insipide

Qui macule un feuillet d'une blancheur livide

 

Ecrire c'est bien souvent mentir

Substituer son rêve à de pâles délires

On ment avec sa plume bien mieux qu'avec ses lèvres

Mais le mensonge n'est rien qu'un pauvre ersatz de fièvre

 

C'est pourquoi moi je dis qu'il ne faut plus écrire

Mais vivre ses passions sans cesser de maudire

Le talent diabolique qui nous force à mentir

A remplir des cahiers lorsqu'il faudrait agir

 

Et si tout comme moi vous n'osez renoncer

Au plaisir narcissique d'une image bien tournée

Droguez vous d'écriture mais n'oubliez jamais

Que l'on vit au présent qu'écrire est imparfait....

 

separateur04

15:34 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

02/11/2006

Hier, j'ai croisé demain...

reve_image

 

Hier j'ai croisé demain

Qui m'a dit viens sur mon chemin

Poussé par l'ombre du passé

Je n'avais guère d'autre choix

 

Mais demain ce damné farceur

M'a barbouillé de sa noirceur

Il m'a retiré mes jouets

Mes nounours et mes rêves d'enfants

 

Chaque jour je le rencontrais

Et chaque jour il m'amputait

M'enlevant peu à peu ces choses

Dont il me disait encombré

 

Il m'enleva mon innocence

Mon pucelage et mon enfance

Je me disais s'il continue

Il m'ôtera bientôt la vie....

 

Pierrot et chat

19:46 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/10/2006

L'AUTOMNE DANS L'AUTOMNE…

L'AUTOMNE DANS L'AUTOMNE…

 

automne4

…Mon regard se perd dans les feuillages

Les couleurs s'emparent de mes idées

L'arbre me tend des bras étincelants

Des bracelets d'or

Et des bagues d'argent

Il est là comme un vestige

Ses rêves sont mes rêves

Mais son sang diffère de celui de mes veines

 

Il est là dans cette nouvelle splendeur

Auréolé d'une gerbe offerte d'une main divine

Ses branches chargées de mille nuances

Ses feuilles se détachent

Les unes gardent l'empreinte de la verdure

D'autres commencent à changer

Des nervures apparentes attirent mes yeux

Elles ressemblent à d'anciennes écritures

Sur les parchemins des voyageurs

 

Il est mon complice dans la vie

Celui qui me fait sentir les saisons

Qui me sert de calendrier

Dans l'exploration des racines de la survie

Il noue ses bras atteints de gerçures colorées

Ses cheveux touchent le fond de l'horizon

Accueillent et recueillent les chants des jours

Puis lassé il se détend dans son isolement

 

Il est clameur imperceptible

Il est un repère infatigable

Il me sert de phare dans mes évasions

Quand les oiseaux viennent l'habiter

Lui donner des partitions magiques

Des musiques qui me font chanceler

Et à l'écoute de ces mille murmures

J'oublie et je m'oublie dans mes transes

L'automne vient charger ses poumons

Se perdre dans la caresse du tronc

Il prolonge ses mains en touchant le cœur

Et le tronc pris par l'envie

Se laisse grisé dans les bras de l'émoi…

 

Demain il redeviendra un autre

Puisque je l'ai vu lutter doucement

S'éteindre sous les coups du vent

Des nuits qui refroidissent son corps

Je suis témoin de ces métamorphoses

Je lui ressemble dans quelques points

Lui il va renaître avec le printemps

Moi par contre je me vois autrement

Sous l'amas des autres saisons…

automne2

19:25 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/10/2006

L'automne charmeur....de Soledad

Image8

 

L'automne charmeur,

Avec ses couleurs,

Avec ses senteurs,

Ce n'est que du bonheur.

 

Dans la forêt d'automne,

Doucement la vie chantonne,

Pendant que le cerf  brame

Pour vous fendre l'âme.

 

Dans le Brouillard,

Dansent les brocards,

Les oies, les canards,

Tous de grands bavards.

 

Par dessus les étangs,

La pluie et le grand vent,

Les oiseaux migrateurs,

Reviennent de l'équateur.

 

L'été trépasse,

C’est l’automne qui passe',

Petite impasse,

Que l’hiver chasse….

 

Image7

Vu chez / http://soledad.skynetblogs.be/post/3771263/nbsp

19:41 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/10/2006

Pensées…

Pensées…

 

person11

Il m'a regardé droit dans les yeux

Il m'a dit "maquille toi un peu"

Il m'a trouvé l'air fatigué

Le teint un peu dépigmenté

 

Il m'a dit "je me souviens de toi

De la petite fille que tu étais

Qui pour me voir quelques fois

Se mettait sur la pointe des pieds

 

Tu as toujours le même regard

Et ton âme est restée pareille

Perdue entre douce passion et cafard

Entre sermons et merveilles"

Honnête réflexion

 

Il m'a raconté adolescente

Agacée par quelques boutons

Rêveuse souvent un peu absente

A l'âge des dures transformations

 

Il m'a dit qu'il serait encore là

Pour voir un jour pousser mon ventre

Pour voir se transformer mes bras

En douce maison, en bel antre

 

Et quand viendra la solitude

A l'heure des visites que l'on compte

Sur les doigts de la main, puis l'habitude

D'être l'aimante laissée pour compte

 

Il m'a dit que les tristes rides

Quand le temps vient dire qu'il s'en va

Qui craquelle la peau comme de l'acide

Il les verrait bien avant moi

 

Il m'a dit tout ça ce matin

Il m'a réfléchi en un regard

Accroché au mur de la salle de bain

Mon reflet dans le miroir....

 

carte85

14:02 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/10/2006

IL Y A 100 ANS...

ca menerve

IL Y A 100 ANS...

 

La vie moyenne de l'homme ou de la femme était de 47 ans. 

Seulement 14 % des gens avaient une baignoire. 

Seulement 8 % des gens avaient un téléphone à la maison. 

Il y avait seulement 8000 voitures et 144 milles de routes pavées, en 1906 

La limite de vitesse dans la plupart des villes était de 10 mph. 

La plus haute structure au monde était la Tour Eiffel. 

Le salaire moyen était de 22 cents de heure. 

Le travailleur moyen gagnait entre 200 $ et 400 $ par année. 

Un expert comptable gagnait 2 000 $ par année, un dentiste 2 500 $, 

un vétérinaire de 1 500 $ à 4 000 $. Un ingénieur mécanique gagnait 5 000 $ par année. 

Plus de 95 % des naissances avaient lieu à la maison. 

90 % des médecins n'avaient pas fréquenté le collège des médecins ni l'université. 

Les 5 causes de décès les plus fréquentes: pneumonie, influenza, tuberculose, la diarrhée, maladie du coeur, crise cardiaque. 

Le sucre se vendait seulement 4 sous la livre. 

Les oeufs coûtaient 15 cents la douzaine. 

Le café se vendait 14 cents la livre. 

Le drapeau américain n'avait que 42 étoiles. 

La population de Las Vegas n'était que de 30 personnes. 

Les mots croisés, la bière en canette et le thé glacé n'avaient pas encore été inventés. 

Il n'y avait pas de fête des pères ni de celle des mères. 

2 personnes sur 10 savaient lire et écrire. 

Seulement 6 % des gens avaient terminé leurs études classiques (ou secondaires). 

Marijuana, héroïne et morphine étaient vendus au comptoir de la pharmacie comme les bonbons. 

Il n'y avait que 230 meurtres aux États-Unis et 26 au Canada par année.

 

Imaginez dans 100 ans. Qu'est-ce que ça va être...???

 

bonnejournee

08:08 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

16/10/2006

Envies...

aimer

 

Envie de te savoir près de moi

D'entendre à mon oreille le son de ta voix

De sentir sur mes cheveux tes doigts

De me blottir comme un enfant

Tout contre toi.

 

Besoin de ta main dans la mienne

De voir ton reflet près de moi dans le miroir

De ton sourire apaisant pour m'endormir le soir.

 

Envie de tes bras qui m'encerclent

Et me font un nid

De tes regards qui témoignent

Que rien n'est fini.

 

De tes passions, de tes folies, de tes envies

Envie de plonger mon regard dans le tien

De m'y noyer

De ne plus te quitter.

 

Pour toi et pour toujours

Un souffle de baisers

Un soupir de sensations

Et une tendresse infinie.

 

texteblog21

15:34 Écrit par Chadou dans Amour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

15/10/2006

C'est le temps des « faut qu’on »

Ceci se passe au Canada, mais ce n’est pas fort différent chez nous !

Pensez-y….

C'est le temps des "faucons".

Eh oui! Notre petite maison qui, hier avait un peu, je dis bien un peu, retrouvé son calme, se réveille encore dans un ouragan époustouflant. La neige en Ontario aidant, le "bouton panique" est "jammé".

- YYYYvvvvves... La maudite neige va encore nous tomber dessus cette année.

 

- Ben oui! C'est un peu normal, on est milieu octobre. Voyons chérie, ce n'est pas bien grave.

 

- Pas grave? Mais t'es inconscient, ma grand'foi! Les meubles de patio ne sont pas rentrés, les plates-bandes pas nettoyées, les bacs à fleurs...

 

- Taratata! Souviens-toi, chaque année c'est la même chose. Tu t'énerves, tu as chaud, et finalement tout est rangé, le patio est "spic & span" et tu passes un bel hiver.

 

- T'es malade! Moi, passer un bel hiver? Tu sais pourtant que j'haïs "le frettte". De toutes façons, c'est ta faute si rien n'est fait. Si t'avais "lâché" ton fichu ordi samedi dernier, tout serait fait. En plus il faisait super beau. Mais non! L'ordinateur, encore et toujours l'ordinateur. Je te jure il y a des fois où je le "garrocherais" au bout de mes bras. L'été est déjà fini et tu l'as passé "encabané". On n'a rien foutu...

 

- Bon! C'est reparti mon kiki. Tu ne penses pas que tu exagères? On ne va quand même pas faire un drame pour des meubles et quelques "flowers" qui refleuriront le printemps prochain.

 

- Ben oui! Ben oui! Moque-toi encore de moi. Mais je t'avertis, en fin de semaine prochaine, beau temps mauvais temps, t'as intérêt à te tenir prêt mon chum. Parce que si tu penses que je vais m'éreinter toute seule, tu te trompes.

 

- Je te le promets ma p'tite chouette, je m'occuperai avec toi des fameux "faucons"... Parce que...

"Faut qu'on" nettoie... "Faut qu'on" rentre les meubles... "Faut qu'on" se "grouille" ...

- Et surtout, surtout, ma chérie, "faut qu'on" se calme et "faut qu'on" garde notre sens de l'humour. ;-)

sérénité

08:32 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/10/2006

Il y a ceux....

vivre

 

Il y a ceux

Pour qui l'amour existe,

Et ceux qui ne le connaîtront jamais.

 

Il y a ceux

Pour qui le soleil brillera chaque jour,

Et ceux qui devront se battre pour le voir briller chaque jour.

 

Il y a ceux

Qui ne souffriront jamais,

Et ceux qui souffriront dans le silence.

 

Il y a ceux

Pour qui la terre sera un paradis,

Et ceux pour qui la terre sera un enfer.

 

Il y a ceux

Qui ne connaitront jamais les larmes,

Et ceux qui pleurent toujours.

 

Il y a ceux

Pour qui demain sera un autre jour,

Et ceux qui ne verront jamais ce demain si beau.

 

Il y a ceux

Qui n'auront pas peur du lendemain,

Et ceux qui meurent chaque jour un peu

un peu plus.

 

Il y a ceux

Qui ne courberont jamais le dos,

Et ceux qui le courberont toujours pour pouvoir manger.

 

Il y a ceux

Qui prieront chaque jour de leur vie,

Et ceux qui ne prieront jamais.

 

Il y a ceux

Qui ne seront jamais malade,

Et ceux qui le seront toujours....

 

coeur2

21:30 Écrit par Chadou dans La vie... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |